Les frères Huber

Héros du documentaire de Pepe Danquart « Les parois de l’extrême » (2007), Thomas et Alexander Huber, grimpeurs allemands, se lancent un nouveau défi : la dalle Karma, située dans la région de Loferer Alm, dans les Alpes autrichiennes. Cette escalade, sur une voie réputée pour sa difficulté, marque la renaissance de la cordée Huber, après la tumeur du rein de Thomas en 2011. Au-delà de la prouesse sportive, Jens Monath a filmé les confessions intimes des deux frères, qui évoquent notamment leur goût pour la musique et leurs interrogations face à l’avenir. Âgés de 44 et 42 ans, ils doivent en effet faire face à la concurrence des plus jeunes, et commencent à assurer la relève en initiant Elias, 12 ans, le fils de Thomas. Des prises de vue vertigineuses et un style d’escalade acrobatique : frissons garantis.

 

Un peu plus speed, les mêmes au Nose.

source : dailymotion

 

Patrick Edlinger

 

Le grimpeur, un des pionniers de « l’escalade libre », avait un style et une élégance uniques. Il est décédé vendredi soir mais ce dimanche, les causes de sa mort à 52 ans ne sont toujours pas connues.

Patrick Edlinger, décédé vendredi à son domicile dans les Alpes de Haute-Provence à l’âge de 52 ans, avait largement contribué à la popularisation de l’escalade dans les années 1980. Un homme libre, accroché à la falaise avec un équipement minimaliste, cheveux au vent: Patrick Edlinger, suspendu au-dessus du vide sur des parois vertigineuses, renvoyait une image de pureté absolue.

Mains nues

« C’est grâce à lui qu’aujourd’hui il y a des milliers de pratiquants », souligne Jean-Michel Asselin, son ami depuis 25 ans, auteur d’une biographie qui devrait sortir dans quelques mois. « Il avait un style, une élégance et un discours qui tranchaient avec celui de l’époque où seul l’affairisme comptait« , poursuit le biographe joint samedi par l’AFP.

Patrick Edlinger, dont les causes du décès ne sont pas connues, avait effectué à mains nues et parfois même sans être assuré plusieurs ascensions dans les Gorges du Verdon au début des années 1980. Aux côtés notamment de Catherine Destivelle, il fut l’un des pionniers de « l’escalade libre » de haut niveau.

Ces prouesses, qu’il a partagées avec son complice Patrick Berhault, mort en montagne en 2004, avaient fait l’objet d’un documentaire.  Le film « La Vie au bout des doigts » a contribué à populariser l’escalade auprès du grand public. « Patrick a révolutionné l’escalade sur le plan mondial en rendant populaire un sport qui était alors extrêmement confidentiel », loue Jean-Michel Asselin.

Sandwich et verre d’eau

L’homme à la longue chevelure blonde, qui se baladait en camion et ne disait avoir besoin que d’un sandwich et d’un verre d’eau, connut un succès foudroyant, au point de devenir l’une des grandes figures médiatiques de sa discipline. Une popularité qui semblait le gêner.

Père d’une fille de 10 ans, Patrick Edlinger avait abandonné le haut niveau en 1995 après une grave chute de falaise et s’était retiré à la Palud-sur-Verdon, dans les Alpes de Hautes-Provence, où il avait ouvert un gîte. « La passion ne l’avait jamais quitté. Il continuait de grimper et envisageait de faire un tour du monde », souligne son ami. Il continuait à pratiquer l’escalade chaque jour.

« Je suis un homme libre, je ne regrette rien de mon parcours », avait-il dit au quotidien Le Dauphiné Libéré, alors qu’il devait participer, jeudi, aux Rencontres du cinéma de montagne à Grenoble. L’annonce de son décès a entraîné de nombreux hommages sur les réseaux sociaux. « Merci de m’avoir donné envie de grimper », « Les falaises du Verdon sont orphelines, une icône s’en est allée », pouvait-on lire notamment sur Twitter.

source : midi libre, 18 novembre 2012

 


 
source : u-tube, La vie au bout des doigts

Roc’n pof circus

 

L’esprit du ROC’N POF circuS…

    • C’est du no compet mais on s’tire quand même la bourre…
    • On regroupe les grimpeurs par catégorie d’âge…
    • Il y a 30 voies ouvertes par contest dans tous les styles…
    • Chaque voie selon sa difficulté vaut plus ou moins de points…
    • Le grimpeur dispose d’un nombre illimité d’essais par voie…
    • Seul l’enchaînement de la voie sera comptabilisé…
    • A l’issue du contest, le grimpeur ayant enchaîné le plus de voies l’emporte…

 

Le règlement sera strict et appliqué à la lettre…

  • On n’est pas là pour se faire emmerder, on est là pour bien grimper…
  • On n’est pas là pour se faire engueuler, on est là pour se marrer et voir les autres voler…
  • Alors si vous ne voulez pas boire, papoter & grimper faut pas se la ramener…

 


 

Le contest espoirs samedi 08 décembre 2012…

  • Grimpeurs nés avant 2002 grimpent en tête, normal faut bien se mouiller la chemise
  • 30 voies du 5A au 8A
  • Les grimpeurs disposent de 7H00 de grimpe pour enchaîner les 30 voies

Coût de participation est de 10.00 euros

( Apéritif dinatoire offert à partir de 18h00 )


 

Le contest jeunes dimanche 09 décembre 2012…

  • Grimpeurs nés à partir de 2006  et jusqu’ en 2002 grimpent en moulinette, parce que c’est plus facile, plus ludique, et aussi parce que beaucoup débutent et ne savent pas encore grimper en tête…
  • 30 voies du 4A au 7A
  • Les grimpeurs disposent de 4H00 de grimpe pour enchaîner les 30 voies

Coût de participation est de 08.00 euros

 

Pré-inscriptions conseillées sur rocnpof@hotmail.fr

 

Tout savoir le Roc’n Pof Circus

 

Pilier du Frêney

En attendant l’été prochain…

 

source : tvmountain.com