«

»

oct 29

La Cheminée Rouge

Avec Stan.

 

Petit retour de la journée pour partager avec les copains et copines de Toulouse.

Rendez-vous pris avec Stan dimanche à Tautavel à 6h45 (ancienne heure). Et oui, on change d’heure. Dans la nuit précédente, Stan me textote à 0h40 pour confirmation ancienne/nouvelle heure. Ce changement d’heure nous suivra toute la journée :mrgreen: .

Arrivée sur Tarascon, on commence à se demander quelle voie on va faire pour la journée. On hésite entre Parfum d’altitude et La Cheminée Rouge. Sur le papier, d’un côté, une voie sportive ED mais où l’on sait qu’il n’y aura qu’à suivre les points; de l’autre une voie dite équipée TD- mais où l’on sent qu’elle nous réservera quelques surprises. On opte pour la deuxième solution. Cela fera du bien à mes doigts bien broutés.

Digression : et qui sont fatigués par les runs dans les 7c imposés par Nico. Mais moi je m’en fout, je me venge sur Orian qui commence à remplir son panier de croix 8-) .

Autre disgression : j’ai pas pris à manger en pensant m’arrêter à la boulangerie de bord de route de Tarascon. Et c’est là, la première tuile. Stan me propose de partager son pain bio, aux graines de je sais pas trop quoi, peut-être de la spiruline (je sais, c’est pas des graines :lol: ) qui pèsent un âne mort. Ca justifiera l’achat d’un jeu dégaines ultra moderne extra ligth… En plus, on n’en même pas manger de son pain dans la voie.

Donc on part bille en tête direction le sixième lacet de Verdun pour attaquer la marche d’approche que je connais maintenant.  » – Euh ! Stan on vient pas de passer les falaises du Quié ? – J’en sais rien c’est toi qui connait ! – Ah ! Oui ! C’est vrai. » Demi-tour sur la RN9. On arrive enfin à bon port.

9h20, photo à l’appui (mais ancienne heure) donc pas d’inquiétude, on part sur le sentier de la falaise du Quié. J’ai fait l’approche il y a cinq jours, rassurés. En montant, on s’aperçoit de notre erreur de parcours de la fois dernière. Sous la falaise école de Verdun, on croise un chasseur qui nous indique le bon passage. De là, faut continuer à monter mais en revenant plein Est (donc à l’opposé des voies). On arrive sans encombre exactement sous la falaise école et on poursuit notre route. Deuxième piège à éviter, sous le Roc du Corbeau, ne pas monter vers Téoufil. Mission accomplie. On s’attarde (longuement) sous la Mirouge à contempler le cheminement des voies. On regarde où part Désirée pour l’année prochaine. On arrive au pied de la Cheminée Rouge à 10h30. Mais de la nouvelle heure, et oui, les Smart Phones modernes se mettent à l’heure automatiquement. On l’a toujours pas percuté. On en a dû bien traîner à tchartcher avec le chasseur et sous la Mirouge…

Au pied de la voie, on cherche le départ. On voit une ligne de plaquettes qui part mais on se méfie face aux déboires qu’ont rencontrés les copains Toulousains, il y a cinq jours. On cherche le départ de Parfum pour confirmer notre choix. Et là rien. On cherche, on cherche, on monte sur le jardin suspendu en suivant la stat brûlée par le soleil, sans y toucher. On voit un relais qui pour nous semble être R1 de Parfum. On redescend, et finit par trouver la ligne de Parfum, cinq mètre à gauche de La Cheminée Rouge dont les premiers points étaient cachés par la végétation…

Mais je sens l’embrouille et propose à Stan de partir en premier. Un gabatx et un catalan avertis en valent toujours un… C’est 11h30 (nouvelle heure).

Transgression : finalement, l’escalade c’est comme la vie, on reproduit les erreurs passées : trois heures pour débuter la voie du moment où on a quitté la voiture.

Je suis les spits de L1, arrive sur le jardin et là comme tout à l’heure, rien pas de R1. Pas envie d’aller faire relais sur un buis. Stan me dit qu’il reste beaucoup de cordes, je continue. Habitude de 25 ans de pratique, je me pose deux questions. 1/ Par où serais-je passé si j’ouvrais la voie ? 2/ Faut lever la tête pour voir haut si on aperçoit des plaquettes. Et là, à 20 m, je vois une plaquette et je devine la poursuite de la voie au-dessus. On tergiverse pas plus, go. 7 m sous la plaquette, Stan m’annonce bout de cordes. On part en corde tendue pensant trouver des points avant celui aperçu – en fait ça ne sera pas le cas – mais fait chier. J’aime pas dans être dans cette configuration là avec le dernier point 20 m sous mes pieds même si je sais que le début de la voie ne posera pas problème pour Stan. Je peux clipper un vieux pitons sur la gauche et arrive à R2. Tant mieux, on n’aura déjà enchaîné deux longueurs en une. De là, on aperçoit la lignes de spits poursuivre les lignes de faiblesse. On n’aura plus à chercher. Les longueurs s’enchaînent. Le rocher est moyen mais en faisant gaffe on ne déchausse pas de pierres. L3 5c, bien sympa. L4 6b, classe. L5, Stan passe en tête, 5b, longueur de liaison qui poursuit le jardin mais qui se révèlera sympa dans sa partie grimpante. L6, 5a, ça grimpe un peu, puis 20 m sans protection, j’en profite pour placer un friend et un cablé pour montrer à Stan (mais qui ne sont pas nécessaires). L7, la Cheminée Rouge pour Stan, du bas ça a l’air péteux mais bien classe en réalité par sa gestuelle, l’ambiance et la couleur de son caillou. Les vautours fauves et autre gypaètes passent nous faire un coucou. L8, 5c. Et c’est là que l’aventure reprend. Passées les difficultés, choix d’itinéraires. Je lève la tête et vois un relais 15 m au-dessus dans un couloir. Me pose pas plus de question et file vers le relais. Et là, bingo, deuxième surprise du jour. Un piton doux qui branle associé à un autre noir de rouille qui bouge à la main. Veux pas trianguler sur ce relais pourri que je ne peux renforcer avec ma quincaillerie. Décision prise, on repart en corde tendue. Pas folle la bête, je mets une dégaine courte sur le piton moisi et une longue sur celui branlant, en espérant qu’en cas de chute le premier amortisse le choc en cassant et que le deuxième me retienne. Et puis, j’en ai dé-pitonné pas mal des pitons comme ceux là, des fois t’arrives pas à les sortir tellement ils sont tordus dans le rocher. Ça tiendra. C’est ça ouai, tu peux toujours rêver. La longueur suivante annoncée 4b se révélera être un couloir terreux où les « bonnes » prises seront des pierres enchâssées. Fait chier bis, l’aventure de L2 se reproduit. C’est la fuite en avant. Je tire la longueur jusqu’à R9 en cravatant un buis puis en ajoutant un excentrique en fin de longueur. Au retour à la maison, je consulterais les topos de Jean-Denis Achard, Rock Fax (je sais, c’est pas bien), ira voir sur le web en tombant sur cette excellente page : http://topospyreneens.unblog.fr/la-cheminee-rouge-au-quie-23-octobre-2016/. J’aurai dû partir sur l’éperon de gauche et ne pas m’engouffrer dans ce couloir de m… et apparemment il y a un relais R1 (qui après coup doit se trouver à l’aplomb/ à droites de L1). Stan avale la dernière longueur, sommet.

C’est 17h00. On aura mis 5h30 dans la voie, beaucoup de perte de temps dans la pseudo L9 à grimper sur des œufs d’autruches en calculant chaque déplacement. Grrr !!! On s’en moque ! On s’est fait une journée cool, bien aventureuse. Et là, on percute qu’il est 17h00, heure nouvelle. On voulait manger ce pain bio – pas très volumineux mais lourd 500 g – qu’on a transporté toute la journée. Pas le temps car le jour tombe dans une heure. C’est parti remise à la voiture. On se réjouit avec ce pain d’avoir été prévoyant. On aurait pu tenir une semaine. No comment !!! Retour à la voiture sans encombre en une heure.

La prochaine fois, on regardera les topos avant de partir. Promis, juré, craché ! Non, je déconne sinon on se gâche le plaisir de redécouvrir un parcours. No rules  :twisted:

Pas de surprises sur le retour en voiture. Heureux d’avoir partager cette journée. On papote sur les pérégrinations qu’on a réalisées au siècle dernier, quoique pas si lointaines pour certaines, 3 ans Stan :-D. Finalement, elle est bien sage cette jeunesse d’aujourd’hui.

 

 

171029001

Départ 9h30. 3° C. Ça meule en Ariège.

 

171029002

Contemplatif durant l’approche.

 

171029003 171029004

Dans L2, Stan enlève le premier point depuis le jardin suspendu…

 

 

171029005 171029006

Conflit de générations. Reliques vs technologie.

 

 

171029007 171029008

Sommet !!!

On vient de tout en bas. Yep !

 

 

 

Laisser un commentaire